La pollinisation est le processus de transport d'un grain de pollen depuis l'étamine (organe mâle) vers les stigmates (organe femelle) des plantes angiospermes et gymnospermes.
La pollinisation peut être assurée par des facteurs physiques (le vent, la gravité, l'eau) mais généralement c'est par une intervention animale qu'elle intervient: en se nourrissant de pollen ou de nectar, de petits oiseaux, des rongeurs ou des marsupiaux, mais surtout les insectes Apoïdés dits pollinisateurs qui transportent et mettent en contact les grains de pollen avec les organes femelles des plantes. La fécondation peut avoir lieu.
Lors du butinage ou de la récolte de pollen, les abeilles, en travaillant à toute vitesse ou par frottements, laissent toujours tomber un peu de cette fine poussière. Une partie du pollen se retrouve ainsi sur le pistil des fleurs. Les courants d'air transportent les grains de pollen dans tous les sens. Les abeilles, en revanche, ne fréquentent que des plantes d'une même espèce en même temps. Elles accélèrent la pollinisation des fleurs, et c'est pour cela que leur rôle dans la nature est primordial.

On estime que les abeilles, au sens large, participent ou assurent la pollinisation de 200 000 espèces de plantes à fleurs (soit 80%). Leur rôle est donc considérable! Toutefois, la prédiction apocryphe d'Einstein postulant que l'homme sans abeilles n'avait plus que 4 ans à vivre est plus que discutable puisque les hommes se nourrissent en grande partie de céréales et de viande. Le riz, le blé, le mais et la pomme de terre, sources principales de nourriture de part le monde n'ont pas besoin d'abeilles ainsi que les productions animales. Mais il est certain que la disparition des abeilles jouerait sur la diversité et la qualité de nos fruits et légumes. En effet leur rôle est fondamental dans le domaine agricole car une pollinisation correcte améliore à la fois la qualité et la quantité des productions. On estime qu'elles augmentent de 15 à 20% en moyenne les rendements des cultures pollinisées, ce chiffre peut monter à 85 ou 90% dans le cas des fraises élevées sous serres ...

Pour convaincre les sceptiques, certaines expériences ont été réalisées sur des arbres fruitiers. Certains étaient recouverts de filets aux mailles très fines interdisant l'accès aux abeilles. En plaçant des ruches à proximité, on a constaté que les arbres qui recevaient la visite des abeilles avaient de beaux fruits car les ovules étaient tous fécondés. Ceux recouverts de filets portaient des fruits rabougris, car les grains ne parviennent pas tout à fait à maturité. Le transport des grains de pollen par l'intermédiaire des abeilles est d'autant plus important que les cerisiers, les pommiers et les poiriers ne peuvent se féconder qu'en se croisant entre eux. Les kiwis sont des plantes dioïques: ils comportent des pied mâles et des pieds femelles. Les pieds de melons portent des fleurs mâles et des fleurs femelles ...

Il existe beaucoup d'autres insectes pollinisateurs dans la nature : guêpes, bourdons, papillons. Mais les abeilles sont tellement plus nombreuses que la comparaison ne tient pas. A titre d'exemple, une colonie d'abeilles peut visiter à elle toute seule plus de 5 millions de fleurs par jour.

C'est ainsi que certains apiculteurs proposent aux agriculteurs concernés la location de ruches pour la pollinisation de leurs cultures.